Posts épinglés

article dans le journal du médoc

January 29, 2015

1/2
Please reload

Recent Posts

October 9, 2018

June 17, 2018

March 25, 2018

March 24, 2018

February 28, 2018

February 26, 2018

February 21, 2018

Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

J'ai été voir le proctologue

13/02/2018

Putain, ça aura été rapide. En temps normal, quand tu veux prendre rendez vous chez un spécialiste, il te colle sur une liste d'attente, quand ça vient à ton tour, t'es déjà mort d'un autre mal.

En même temps, vu la spécialité, j'aurais bien dû me douter que ça devait pas se bousculer au portillon.

Je veux dire, se faire chahuter les cloisons intérieures avec une caméra pour figer tout ça, ça fait un peu trop penser à Valérie Damidot, t'as pas super envie de passer dans cette émission là.

T'façons, j'ai pensé que s'il essayait de me maroufler la fricadelle, je remballerais tout et je demanderais à faire valoir mon droit à l'image.

Mais j'aurais quand même dû me méfier davantage.

Alors j'arrive devant son cabinet, le mec a une belle plaque dorée gravée à son nom, ça fait vachement sérieux. Quand tu sais que son job c'est fourrer son nez dans les affaires des autres, y a quand même pas de quoi pavoiser et se rengorger, pourtant.

Jamel Moileprofon, docteur en proctologie... tu t'attendrais presque à voir marqué "de père en fils", l'oignon, c'est une affaire de famille.

Bref, il me reçoit, un peu froidement.
à la limite, qu'il ne me serre pas la main ne m'a pas vraiment dérangé, vu où il a l'habitude de les fourrer.

Mais il ne te regarde jamais dans les yeux, il a le regard fuyant. 
Je suis un peu perdu, tu vois, je sais pas si je dois prendre ça pour un compliment, peut être que finalement je n'ai pas une tête de cul, ce qui m'aurait valu tout son intérêt professionnel.

J'ai pas pu m'empêcher de penser que lui, le seul oeil qu'il croise jamais, ben c'est celui sur lequel tu t'assois.

De suite, je l'ai averti. Avant de faire un remake de la visite guidée de Charlie et la chocolaterie, je veux vérifier qu'aucun de ses objets de torture ne dépasse le diamètre du petit doigt d'un enfant de 1 an, grand max. Râle pas, je connais mes limites.

Désolé, mais moi, j'ai l'oeilleton sensible.

Il me montre cette espèce de serpentin avec un oeil au bout, me dit que ce sera là son seul instrument.

Ôte moi d'un doute, entre deux clients, tu le laves et le désinfectes bien, ton serpentin, là?

Le truc est bien fin, mais putain, c'est d'une longueur... longue, quoi.

Je t'avertis machin, ce que t'auras fait passer par derrière, tu me le fais pas ressortir par la bouche. Je mange assez de merde comme ça quand je fais mes courses au supermarché.

Après moult hésitations et rétropédalages, me voilà dans la position redoutée, le croupion exposé, la rosette aux quatre vents.

L'autre derrière, je l'entends trifougner dans son matériel pour mieux me troufigner, je sais pas trop ce qu'il cherche, ça sonne métallique.

Hé, tu fais quoi, là. Tu m'avais dit seulement cette chose fine serpentiforme et souple, qu'est ce que tu cherches?

Le mec me dit qu'il va introd... introdui.... aaaaah, j'y arrive pas, j'ai déjà la larme à l'oeil. Il veut présenter mon froncé à son écarteur.

Ecarteur??? Attends machin, toi tu rentres rien en moi qui porte ce nom là, non mais t'es un malade toi. On avait dit le truc tout fin, point barre.

Il m'explique que pour faciliter l'introd... l'intr... oh merde, que pour me rentrer ce machin tout fin et souple dans le cul, il doit d'abord écarter les bords.

Montre! Montre ton truc là! Je te jure, selon la taille que ça a, je te le fourre à toi.

Il s'exécute, manie l'engin devant mes yeux horrifiés. C'est bien un écarteur ! Et par définition, ben... ça écarte !

Oh puis merde, terminons en, je vais finir par prendre un rhume de siège (c'est comme un rhume de cerveau, mais pas placé au même endroit. T'as une idée de ce que ça veut dire, éternuer et se moucher, dans ces cas là?)

Allez, vas-y, fais le ton sale boulot, viole ma virginité, salaud !

Et le voilà qui me tartine la raie d'une espèce de gel super épais, et qui m'insère dans la foulée son bidule en métal.

Déjà, c'est froid ! Moi j'y peux rien, ça me fait tout contracter, et ça fait encore plus mal.

Alors je lui dis, vas-y, écarte, mais t'endors pas sur la poignée, je veux pas me retrouver avec une autoroute sans péage, moi, je veux pouvoir continuer à contrôler ce qui passe par là.

Et dans la foulée, le mec déroule son endoscope pour commencer à faire vraiment connaissance avec moi.

C'est pas super agréable, mais ça fait pas vraiment mal.
Tu sens le machin évoluer bien profond, c'est capable d'explorer des zones que seul rocco siffredi avait jamais explorées chez ses partenaires.

Y a un écran sur lequel tu peux te voir de l'intérieur, c'est comme un selfie qu'aurait pas bien tourné.

Et l'autre qui cause par derrière, parle à mon cul ma tête est malade. Il te la joue guide de haute montagne.

Il te dit alors vous voyez, nous passons le rectum, là, nous arrivons à un coude, et après nous aurons le côlon sigmoïde, et patati, et patata.

Mais putain mais ta gueule ! Ferme ta gueule ! Fais ton boulot et me fais pas chier à la jouer GPS, je te rappelle qu'on est chez moi, là, je joue à domicile, je sais un peu où on en est. Je le sens surtout. Tu vas quand même pas me vendre des photos souvenir à la sortie, non?

Puis tu crois franchement que j'ai envie de donner des petits noms à tous les machins dégueulasses qui jalonnent ma tripe?
J'ai pas l'intention de les revoir après ton intrusion, alors ferme la.

Le mec s'est replongé dans son mutisme et dans mon... ouais, là, derrière, quoi !

J'ai remarqué un miroir sur le côté, accroché au mur.

Et là j'ai vu mon image reflétée, un mec en grande discussion avec mon froncé, et une longue tige qui me perfore l'assise.

Oh la vache, l'humiliation.

J'avais l'impression d'être un des chroniqueurs de l'émission d'hanouna, spaghettis dans le cul et lèches cul associés.

Ce sera l'image la plus dégradante que je garderai de moi-même, je crois que j'ai pas fini de chialer.

Le procto a fini son inspection, il rappelle son fil d'Ariane, qui connaît bien le chemin, tu vois, la spéléo, c'est sa came.

Et là il me dit, je vais pratiquer un toucher pour vérifier l'état de votre prostate.

Alors là, mon gars, ton doigt, tu t'assois dessus mais tu me le fous pas. Tu laisses ma prostate tranquille, compris ?
Non mais c'est vrai, quoi, t'as pas l'impression que pour un premier rendez vous, on a déjà été assez loin? Tu m'as pris pour un homme facile?

Je me suis rembraillé et suis parti.

Je suis passé à la pharmacie pour prendre une caisse de préparation H.

En rentrant chez moi, je m'en suis beurré l'oignon pour calmer le feu de ce dépucelage sauvage, et j'ai bu 2 litres de rhum, pour calmer le feu de l'humiliation.

Et tu sais ce qui est le pire, dans tout ça?

C'est que, après tout ce qu'on a vécu ensemble, ce salaud de procto a même pas pris mon numéro.

 

Please reload

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube

© 2023 by Samanta Jonse. Proudly created with Wix.com

FOLLOW ME

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now